SendinBlue Blog

Choisissez une catégorie :

SendinBlue parle Allemand !

Bonne nouvelle !

Nous venons de lancer la version allemande de SendinBlue ! Il est désormais possible d’accéder à toutes les fonctionnalités de SendinBlue en allemand: la plateforme, les tutoriels en ligne, la FAQ ainsi que le service client.

En un an, SendinBlue s’est beaucoup développé à l’international. Aujourd’hui près de 50% de nos utilisateurs sont situés en-dehors de la France. La solution est maintenant disponible en 6 langues : anglais, espagnol, français, italien, portugais et …allemand ! Le service client parle aussi l’ensemble des langues du site.

A cette occasion, nous vous proposons de faire un point sur le e-commerce et l’e-mailing en Allemagne, ainsi que sur la réglementation anti-spam en vigueur.

Nous vous donnerons aussi quelques conseils pour bien débuter vos envois d’emails en Allemagne.

Quelques chiffres sur l’Allemagne

En 2014, l’Allemagne était le 6ème marché le plus important dans le monde en e-commerce. Aujourd’hui, l’e-commerce allemand représente 16% du chiffre d’affaires des ventes en ligne en Europe, après le Royaume-Uni. Et on estime que l’e-commerce allemand devrait encore croître de 40% entre 2015 et 2017.

Dans un pays où le e-commerce est aussi développé, bien évidemment l’e-mailing se situe au cœur des stratégies marketing des entreprises. En effet, 80% des consommateurs en ligne consultent leurs emails au moins une fois par jour, d’autant plus que les plateformes de réseaux sociaux sont moins utilisées qu’en France ou aux Etats-Unis. Un rapport de WeAreSocial de février 2014 montre un taux de pénétration des réseaux sociaux en Allemagne inférieur à la moyenne Européenne. Les allemands y passent aussi moins de temps que les français, anglais, italiens ou encore les espagnols.

Les attentes des abonnés allemands pour les newsletters commerciales sont claires et assez proches du public européen : recevoir des offres spéciales et être tenu informé des nouveautés. Toutefois, les consommateurs allemands sont bien plus attentifs aux newsletters auxquelles ils s’inscrivent et veulent au préalable connaître exactement le contenu qui leur sera diffusé. Il est ainsi très vivement conseillé d’être explicite sur le contenu proposé et d’adopter une méthode de double opt-in. Qui plus est, nous allons le voir, la réglementation en vigueur sur l’emailing est très stricte en Allemagne (ainsi qu’en Autriche et en Suisse).

Et si vous preniez 2 minutes pour tester SendinBlue ?
SendinBlue est une solution email / SMS complète.
Gestion de vos contacts, édition des emails, envoi des campagnes, scénarios automatisés, etc.
Gratuit jusqu'à 9000 emails / mois.

Tester SendinBlue

La réglementation anti-spam en Allemagne

Les envois d’emails en Allemagne sont encadrés par l’autorité fédérale dans le cadre de l’Act Against Unfair Competition, qui vise à apporter une très forte protection aux consommateurs allemands. Un organisme de centralisation des expéditeurs white listés a une place fondamentale dans l’écosystème de l’email marketing allemand (ainsi qu’autrichien et suisse): le Certified Senders Alliance (CSA). Pour les initiés, il s’agit d’un organisme proche de Return Path, mais à but non lucratif. Le CSA a été créé en 2005 par le German Direct Marketing Association (DDV), équivalent du SNCD français, et certifie les routeurs (comme SendinBlue) et annonceurs de campagnes d’email marketing auprès des FAI allemands et internationaux, comme GMX, Yahoo. Le CSA a énoncé les bonnes pratiques à suivre en Allemagne. Nous avons tenté de vous les résumer ici.

1/ L’opt-in: l’élément le plus critique

Le consommateur doit pouvoir lire facilement, et comprendre clairement de quelle entité il accepte de recevoir les emails. L’opt-in pour des entreprises partenaires est ainsi interdit. Notez qu’ici on parle bien « d’opt-in » et non pas « d’opt-out »: il est impératif que le consommateur doive cocher la case pour s’inscrire à la newsletter, les cases pré-cochées sont interdites. Il n’est pas possible de « ruser » en combinant l’inscription à la newsletter avec une autre mention, comme par exemple l’acceptation des conditions générales. Lors de l’inscription, seule l’adresse email est un champ obligatoire, toute autre donnée non indispensable à l’envoi d’email (nom, adresse, etc.) doit être facultative.

Sachez que vous devez toujours être en mesure de restituer les preuves de l’inscription de chaque adresse à votre newsletter et même de prouver que c’est bien le détenteur de l’adresse qui s’est inscrit lui-même à votre newsletter. Ce qui rend indispensable de passer par un double opt-in. Pour les non initiés, lorsqu’un particulier laisse son adresse email pour s’inscrire à votre newsletter, vous lui envoyez un email contenant un lien sur lequel il devra cliquer pour confirmer son inscription à votre newsletter. Cet email de confirmation ne devra contenir aucun élément publicitaire, de nature à biaiser le jugement du consommateur.

Vous l’avez compris, la co-registration est très encadrée (le nom des entreprises doit être clairement indiqué, limité à 10 …) et franchement déconseillée.

2/ L’expéditeur et l’objet de l’email

Une fois que vous aurez respecté toutes ces étapes, il faudra être bien vigilant à ce que l’expéditeur des campagnes soit clairement identifiable. Il devra faire figurer le nom de la société, ou du produit. L’objet de l’email devra être concis, en rapport direct avec le contenu de l’email et transparent quant à la nature commerciale de l’email. Il faudra éviter les lettres majuscules ou les caractères spéciaux.

3/ Des mentions légales obligatoires

Il s’agit là également d’une spécificité allemande de taille. Chaque email doit inclure une mention légale, directement écrite dans l’email ou accessible depuis un lien. Elle précise:

– l’identité de l’expéditeur ou le nom de la société, ainsi que l’identité de la personne responsable du contenu de l’email

– les coordonnées postales et téléphoniques de la société, ainsi que son SIRET

4/ La désinscription

Classiquement, l’abonné doit être en mesure de se désinscrire facilement, et à tout moment.

Conclusion

La réglementation en Allemagne est plus stricte que dans les autres pays européens, mais la respecter et travailler avec un routeur certifié CSA (comme SendinBlue) vous « assure » d’être en boîte de réception chez les principaux FAI allemands. Il ne reste plus qu’à attaquer le marché allemand !

Étiquettes : ,

Laisser une réponse

Essayez notre plan gratuit jusqu'à 300 emails par jour

Pas besoin de carte bancaire. Sans engagement.

SendinBlue parle Allemand !

Temps de lecture : 4 min